Crea sito
top

Histoire

« Ceci est le lieu que j’ai choisi pour mes Prédicateurs »

Telles furent les paroles que le Doge Jacopo Tiepolo entendit dans un rêve en 1234. Dans sa vision lui apparut une zone marécageuse pleine de merveilleuses fleurs, survolée de colombes blanches et d’anges chantants.

Après avoir raconté son rêve au Sénat le lendemain, le Doge obtint le pouvoir d’offrir aux Dominicains le lieu qui lui apparut dans son rêve, à savoir l’actuel Campo dei Santi Giovanni e Paolo où la Basilique fut ensuite érigée et dédiée aux martyrs romains du IVème siècle.

Les travaux de construction de l’église du XIIIème siècle furent rapidement achevés. Cependant, le fait que de nombreux doges et personnages illustres choisirent la Basilique comme lieu de sépulture fit émerger le besoin d’agrandir l’église. L’œuvre fut alors entreprise par le Frère Benvenuto de Bologne ainsi que le Frère Nicolo d’Imole, tous deux dominicains, et fut achevée en 1368, comme en témoigne une inscription faite sur la première arche située sur la gauche de l’orgue.

Certains patriotes vénitiens furent successivement nommés procureurs de la fabrique de Santo Zanipolo afin d’assurer l’achèvement et la préservation du temple, qui est jusqu’à ce jour le plus grand de la ville. Ce n’est que deux siècles plus tard, le 14 novembre 1430, que l’église fut finalement consacrée.

Depuis lors, le temple fut continuellement enrichi de sépultures monumentales, ainsi que de peintures et de sculptures réalisées par les plus grands artistes vénitiens, tels que Bellini, Cima da Conegliano, Palma il Giovane, Vivirani et Veronese. En outre, l’importance croissante du rôle joué par la Basilique dans les célébrations de l’Etat mena à la démolition du Chœur en 1682, et ce, afin d’obtenir plus d’espace pour permettre l’exercice des fonctions solennelles de la ville.

En 1806, après plus de six siècles, les Dominicains furent écartés de leur glorieux siège et le couvent fut transformé en hôpital, d’abord militaire et puis civil. L’ancien couvent est jusqu’à présent le siège de l’hôpital civil de Santi Giovanni e Paolo de Venise, et héberge l’historique pharmacie de l’hôpital – héritière de l’antique épicerie du couvent – ainsi que la Grande Ecole de San Marco.

En 1810, naquit la paroisse de Santi Giovanni e Paolo qui fut confiée aux Dominicains. C’est ainsi que ces derniers maintinrent leur présence dans la Basilique et qu’ils sont jusqu’à ce jour les gardiens de cet inestimable patrimoine historique et artistique, préservant de ce fait l’impérissable mémoire de la Sérénissime ainsi que celle de ses illustres personnages qui en marquèrent l’histoire.